loader
Guide Marseille Pour tout savoir sur Marseille !

Le quartier de Noailles

En 1666, Louis XIV ordonne de grands travaux visant à l’élargissement de la ville de Marseille. C’est à cette période que fut créée la fameuse Canebière ainsi que la rue des Noailles. Surnommé le « ventre de Marseille » en raison de la présence de nombreux commerces d’alimentation (fruits et légumes, boucheries, poissonneries, aliments et épices exotiques…), ce quartier a aussi quelque chose à raconter au même titre que tout autre quartier historique de la cité phocéenne.Au départ, le quartier abritait les aristocrates et autres hauts dignitaires. En ces temps, on l’appelait encore le quartier des Nobles. Certains disent que le nom des « Noailles » résulterait d’une mutation du mot « noble », mais en réalité, l’origine du nom vient d’ailleurs. En 1679, un hôtel particulier, situé dans le quartier fut occupé par Jacques de Noailles, un lieutenant des galères. Le nom est resté, tandis que le personnage fut juste de passage.Comme mentionné plus haut, le quartier abrite une grande concentration de commerces alimentaires. Ces établissements sont majoritairement installés aux marchés des Capucins et celui de la rue Longue-des-Capucins. Vous vous demandez peut-être pourquoi le nom des moines Capucins revient aussi souvent. Tout simplement parce qu’ils se sont installés ici, en 1579, avant de se faire expulser en 1791, lors de la Révolution.À Noailles, il n’y a pas que les marchés de fruits et légumes et autres denrées alimentaires, il y a aussi les rues commerçantes qui abritent les magasins chics et les boutiques de luxe. Par exemple, on peut citer la rue Saint-Ferréol que les riches commerçants occupent depuis 1860 à nos jours. C’est ici que vous trouverez toutes les grandes marques de mode ainsi que les établissements les plus chics.L’histoire du quartier des Noailles est également rattachée à celle du transport à Marseille. C’est ici que fut installé et mis en service le premier tramway de Marseille, en décembre 1893. Les lieux accueillent aujourd’hui la station de métro et de tramway. Il est donc tout naturel que la Galerie des transports ait été fondée ici, un musée qui retrace l’évolution du transport marseillais.